Archives de Tag: roman graphique

Top Ten Tuesday: Les 10 livres que vous recommandez le plus souvent.

Mardi, c’est le jour du « top ten Tuesday »

top tuesday
concept proposé en France par Iani.

Les 10 livres que vous vous recommandez le plus souvent.

Un thème qui me parle beaucoup ! Je recommande beaucoup de livre… sans même qu’on me le demande :p Et de temps à autre, on vient vers moi pour une bonne lecture ou un cadeau. Cela me fait toujours vraiment plaisir d’être sollicitée pour un conseil littéraire. 

1) Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, d’Annie Barrow: Je ne cesserais de le dire, ce livre est un rayon de soleil ! Une histoire d’entraide et d’amitié parfaite à lire en cette période où les beaux jours sont timides. 

2) Les aventures de Jeanne Picquigny de Fred Bernard: Il s’agit de deux bouquins « La tendresse du crocodile & l’ivresse du poulpe » et  » La patience du tigre » dans la collection Écriture de Casterman. J’adore cette collection et j’adore cet auteur. Le dessin et la plume sont riches à souhait ! A dévorer et à offrir :)

3) La nuit du Père Porcher, de Terry Pratchett: Mon préféré du cycle du Disque-Monde. Même si tout  les autres sont aussi à lire. Je conseille généralement à ceux qui n’ont jamais lu de Pratchett de lire les quatrième de couverture et de choisir celui qui les botte le plus. Inutile de se forcer à commencer par le premier si le résumé ne vous dit pas ( et en plus c’est loin d’être le meilleur ). Et quand c’est moi qui l’offre, c’est en général vers celui là que je me dirige :)

4) Habibi, de Craig Thompson: Autant je peux comprendre que le coté un brin passif de Blankets peut en laisser certains de marbre autant vous ne pourrez pas rester impassible face à Habibi ! L’histoire est franchement du jamais vu – et c’est assez rare pour être noté – l’écriture y est délicate et le travail de l’auteur sur la caligraphie est à tomber ! A offrir aux gros lecteurs qui ne sont pas amateurs de bd. 

5) La série Le Trône de fer, de G.R.R. Martin: J’ai découvert les bouquins avec la série et j’ai sauté les premiers :p Mais je suis désormais accro et je guète chaque sortie avec impatience !

6) Kiki de Montparnasse de Catel et Bocquet: Encore un roman graphique de la collection écriture ( Attrapez les tous !). J’aime beaucoup offrir celui ci à mes amies. La vie se se modèle dont on connait surtout la célèbre photo prise par Man Ray m’a passionné. La biographie est très bien construite, je ne lui ai pas trouvé de longueur, et j’ai adoré redécouvrir certains endroits de Paris plus de cinquante ans en arrière.

7) Xinran Xue Baguettes Chinoises, de Xinran Xue: J’avais lu ce petit livre sans prétention durant mon challenge et quand quelqu’un me demande une lecture « de metro », douce et sans prise de tête, c’est le premier qui me vient à l’esprit ! Ce qui fait que beaucoup de personne l’ont lu autour de moi et je n’ai jamais eu de retour négatif. L’histoire de ses 3 soeurs qui décident d’aller travailler en ville  pour ne plus être pour leur famille des baguettes mais des poutres, comme les garçons, apportant la prospérité m’avait vraiment beaucoup plu. Le thème sérieux et la fluidité de l’écriture donnent un récit riche et délicat. 

8) « Les notes » de Boulet : A ta meilleure amie, à ton père, à ton grand frère, à ton petit cousin, à ton beauf, à la petite sœur de ton ex, à tout le monde ! Mon auteur de bd chouchou, je le conseille à tout le monde ! Pour un anniversaire ou pour Noël et même pour une Saint Valentin :p Et en plus y en a 7 !

9) Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes: Un grand classique de SF. Un bouquin sans robot ni monstre et avec beaucoup de « bons » sentiments humains dedans. Un chef d’œuvre ( oui monsieur !) en matière d’écriture. Et en plus y a une souris mignonne dedans alors bon… 

10) Polina, de Bastien Vivès: Une de mes grosses claques en matière de BD. Je l’avais procrastiné parce que je n’étais pas attirée par le trait ( alors que c’est de l’encre, mon pref.. allez comprendre…) et j’ai été ébloui par tant de génie réuni dans le si p’tit corps de cet auteur. Des cases époustouflantes et un scénario bien rythmé, Polina c’est le petit bijou de Vivès.  A offrir à un amateur de danse et de jolie chose, vous ferez banco !

Un bon Top ten tuesday pour moi cette semaine !
J’attends le votre ! Vous conseillez quoi en lecture à une future libraire :p

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes pages...

Top Ten Tuesday: Les 10 auteurs dont j’achete les nouveaux livres les yeux fermés.

Mardi, c’est le jour du « top ten Tuesday »

top tuesday
concept proposé en France par Iani.

Les 10 auteurs dont vous achetez les nouveaux livres les yeux fermés.

Il y a encore quelques années j’aurais pu en citer beaucoup. Mais beaucoup d’auteurs m’ont déçue  et il faudrait du lourd – la suite de Shinning par exemple – pour que j’y revienne.  Nos goûts évolus et s’aiguisent avec le temps tout comme nos attentes. Enfin, j’espère… Je n’en reviens toujours pas de voir des romans « ado » critiquer – en bien ou en mal – par des adultes sans préciser à quel public ils sont destinés. Mais je vais tout de même en trouver 10 ^^

1) Terry Pratchett:
Le seul l’unique ! Si j’ai mes préférés, j’ ai aimé tout ce que j’ai lu de lui ! Même son tout premier livre écrit dans ses jeunes années ^^ 

2) Fred Bernard:
Auteur et dessinateur de bande dessinée française, je l’ai découvert récemment et je ne veux plus jamais le quitter.

3) Haruki Murakami :
L’auteur à succès de 1Q84. Découverte récente mais je ne serais plus aussi timide.

4) Craig Thompson:
Tout le monde encensait son « Blanket » et depuis il a fait « Habibi« …

5) Neil Gaiman:
Je n’ai lu qu’American Gods et j’ai offert Anansi boys à Thor il y a peu mais je fais déjà toute confiance à cet auteur.

6) Boulet:
Depuis Ragnarok jusqu’à sa coopération avec Pénélope, j’acquière tout et à sa sortie ! Je crois que c’est le seul en fait pour lequel je n’attend jamais.

7) George R. R. Martin:
Depuis que j’ai commencé les « Trône de fer » je ne m’arrête plus. Il y en a des biens meilleurs que d’autre… voir des vraiment mauvais mais ça ne m’arrête pas.

8) Arthur De Pins:
Je l’ai découvert chez Fluide Glacial avec les Péchés Mignons. J’ai continué à acheter tout ce qu’il a fait depuis et quelque soit son style. Je ne regrette aucun de ses bouquins ou des collectifs auquels il a participé. Je trouve son travail toujours très fin et j’apprécie qu’il s’essaye dans des styles différents.

9) Chantal Thomas:
Rien à voir avec la créatrice. Il s’agit d’un auteur qui écrit des romances historiques. Là aussi il y en a des mieux que d’autre. Mais ce sont à coup sur des bouquins pas prise de tête et qui me font passer un bon moment.

10) Kerascoet:
Je triche un peu puisque deux personnes se cachent sous ce nom. Donjon, Miss pas Touche, Beauté, Jolies ténèbres. Que des titres que je vous conseille ! C’est PizzaŒuf qui les a  découvert et à partager ces petits perles avec moi. Du coup, j’attends leurs prochaines œuvres avec grande hâte ! 

En faisant cette liste, je me suis surtout aperçue que j’étais bien plus fidèle en bande-dessinée qu’en matière de roman. Je lis très très peu de série et achète mes bouquins au fur et à mesure des conseils. La bande dessinée est plus compulsive et je début bon nombre de séries !

C’est toi le chat ! Conseille moi des auteurs !!!

 

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes pages...

Gemma Bovery, Posy Simmonds: aux origines du roman grahique.

Bonne résolution numéros 2: Lire les grands classiques du roman graphique.

Gemma Bovery,
de Posy Simmonds

IMAG1630
Paru en 2000, Gemma Bovery marque le genre  du roman graphique. Son auteur, Posy Simmonds, a débuté sa carrière au sein de différents journaux et dans l’illustration de livres pour enfant.  A l’age de  32 ans, elle s’oriente définitivement dans la bande dessinée pour adulte avec pour particularité de s’inspirer des grands classiques de la littérature.

« Gemma Bovery » s’inspire du très célèbre « Madame Bovary » de Gustave Flaubert. Si j’adore cet auteur, j’ai une profonde répulsion pour son personnage. Autrement dit, me lancer dans la lecture d’un « Madame Bovary like » sans Flaubert était l’équivalent de porter des collants sans la jolie robe qui va avec: ça risquait de gratter un peu pour pas grand chose. Mais j’avais repéré le livre de Posy Simmonds dès sa sortie en 2000, comme je vous l’expliquais ici, et j’étais très intrigué par cette transposition. Sa réédition en 2012 – et une carte cadeau de la part de mes collègues – m’a permis de mettre enfin la main dessus.

gemma
Comme dans le roman d’origine, nous retrouvons la vision du personnage féminin sur la tragédie que nous allons redécouvrir au fil des pages. Elle nous est donnée au travers de la lecture de son journal intime par son voisin Joubert.   Le personnage de Gemma est tout de même plus débrouillarde et réfléchie que l’Emma du 19e. Elle n’est pas passive face à sa situation et ses désirs ne se borne pas à une bonne situation. J’entends ma professeur de Méthode, désormais parti vivre sa retraite dans le sud de la France, me susurrer qu’elle est peut être tout  simplement plus « moderne » que son homonyme « Flaubertien ». Et qu’il me faudrait être moins intransigeante avec ce pauvre personnage…  même si elle n’en pensait pas moins que moi !
Finalement, la vraie Emma Bovary, le vrai personnage à la Flaubert, c’est Joubert !  Cet ancien éditeur venu se mettre au vert avec sa famille en Normandie à tout du caractère de l’héroïne d’origine. Amateur de belles lettres, il a une propention à réinventer ce qu’il se passe tout autour de lui… en plus de sa légère tendance à espionner les gens et à vivre leur vie par procuration. Pour le coup, ce personnage est loin des clichés de la femme mièvre.  Lettré mais un peu pataud, c’est un peu une jolie fleur dans une peau de vache: Posy Simmonds prend le personnage a retord ce qui fait tout le charme du livre.

Si  cette oeuvre ne fera définitivement – pardon my Bovary -  pas parti de mes romans graphiques préférés, il a le mérite de m’avoir fait passer un bon moment. Le dessin est très agréable, le texte est soigné, et la mise en page est plutôt original. Nous sommes vraiment au croisement de la bande dessinée et du roman illustré. Je le conseille à tous notament à ceux qui hésite à passer du roman à la BD.

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes bulles...

Comics Records, Librairie BD rue Charlot à Paris.

 

Cette semaine dans la série « A la découverte des librairies parisiennes », je suis allée voir du coté de République la toute nouvelle boutique « Comics Record ». 

iconecomicsredcordComics Records a ouvert mi-novembre au 76 de la rue Charlot. Pratiquement au coin de la rue coté métro, la petite échope à une place de grande je vous le dis ! Elle est très facile à trouver en sortant du metro. Si vous venez par l’autre coté, il vous faudra marcher un peu mais le quartier est loin d’être désagréable. Impossible de passer à coté de la vitrine sans faire un arrêt.

crrg

Casque de troopers, sélection de BD en tout genre et goodies. Mais surtout une grande baie vitrée qui laisse voir l’intérieur: le magasin est clair, chaleureux et bien achalandé sans être bordélique. Comics Records est, entendons nous bien, une librairie BD orienté comics. Mais ce n’est pas seulement un « comics-shop ». On comprends vite que le propriétaire des lieux sait se faire plaisir. De grands et beaux meubles font la part belle à Urban à notre entrée. Sur une table au centre, une sélection de roman graphique me tend les bras. Dans le fond, une platine vinyle passe un disque fort agréable. A coté, dans des bacs, certains indémodables sont à vendre. Mothorhead, Santana et Pink Floyd tiennent compagnie à Saxon ou encore à Judas Priest. 

cretagereroman
La boutique fait 60 m². Souhaitons qu’elle fonctionne car le local permet de l’étendre sur un étage et une cave. Quelques fauteuils confortables se fondent dans les recoins. Mon compère de balade repère que toute une étagère est dédiée à Larcenet. Quelques mangas sont rangés dans un promontoir cartonné et des goodies geeky – mug, tshirt, boîte de bonbon pacman … – occupent une autre table. On s’y sent bien dans cette librairie. On a envie de tout toucher et de tout regarder. Deux enfants s’asseoient même sur les tapis afin de lire à leurs aises.

Mais quel est en fait l’atout majeur d’une librairie? Son taulier évidement ! Et il est fort sympathique à Comics Records le taulier. Un bonjour aimable quand on rentre, il ne vous saute pas dessus et vous laisse faire le tour de la boutique à votre guise. Pas de regard inquisiteur et la  seule chose qu’il demande aux petits c’est de ne pas laisser la porte ouverte ( et oui on se les caille quand même en ce moment). Surtout ne pas hésitez à lui demander conseil et ainsi engager la conversation. Aussi intéressé parce que vous racontez qu’intéressant, il n’hésite pas à vous consacrer du temps. J’ai adoré pouvoir parler des livres comme de la boutique. Un libraire comme on en aimerait plus c’est certains !

Et forcément, je ne pouvais pas ressortir de cette librairie les mains vides :3

IMG_20130117_190615

 

Allez, maintenant vous savez où aller fouiner pour trouver de chouettes lectures aujourd’hui sur Paris !
Allez visiter cette boutique  aussi belle qu’intéressante !

Je vous avais bien dit que je prenais de bonnes résolutions littéraires?
Et bien il y en a deux dans cet article:

– Vous parlez des librairies que je découvre.
– Ecrire les articles sur le vif.

Site:http://comicsrecords.com/
Page Facebook: http://www.facebook.com/ComicsRecords?fref=ts
Photo: ComicsRecords Intagram.

 

Poster un commentaire

Classé dans Nore Thrud

Top Ten Tuesday: les bonnes résolutions 2013.

Mardi, c’est le jour du « top ten Tuesday »

top tuesday
concept proposé en France par Iani.

Vos 10 bonnes raisons littéraires pour l’année 2013.
 Quelles sont vos envies littéraires pour 2013?

1) Lire les livres du top ten tuesday de la semaine dernière.

2) Lire les grands classiques du roman graphique.

3) Ne pas débuter d’autre grande série de BD.

4) Faire un gros tri dans les livres que je possède.

5) Tenir mon budget par mois en livre qui équivaut à la moitié du panier moyen français par an.

6) Ecrire plus de critique construite ici.

7) Ecrire ces même critiques moins de deux semaines après la lecture du livre.

8) Découvrir quelques classiques supplémentaires.

9) Parcourir les librairies parisiennes.

10) Vous en  parlez de ce librairies !

Et surtout ne pas oubliez le principal avec les livres: aucune obligation, que du plaisir!

IMG_2507

Que pensez vous de ces bonnes résolutions?
Et vous, des envies pour 2013?

Crédit photo: Célia 

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes pages...

2013,tout doit disparaitre: Top 10 des livres de votre PAL à lire absolument cette année!

Hey, mais nous sommes mardi! Alors je vous propose un petit « top ten Tuesday »
concept proposé en France par Iani.

Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2013.
Quels sont les livres
qui traînent dans votre PAL (Pile A Lire),
que vous allez dévorer cette année?

N°1:Habibi
de Craig Thompson.

17903_10200146101559758_1462064212_nUne autre oeuvre de Craig Thompson dans ma bibliothèque. Offert par le bureau pour mon départ ;) Je le vois me regarder du coin de son étagère. Si Blanket fut un succès, Habibi prend apparemment sa place de masterpiece. Tellement hâte de le découvrir !

N°2 Sur la route
de Jack Kerouack
IMG_20130108_134006

Cité et re-cité par mon professeur de Philosophie à la fac – vive Zaza*- il s’agit du roman phare des quarantenaires universitaires que si tu l’avais pas lu à 17 ans, t’avais raté ta vie. Dit comme ça, je sais, il ne vous donne pas envie. Mais voilà le best-seller des années 70, manifeste de la « Beat Generation », revenu au goût du jour avec la sortie dans les salles en 2012 de l’adaptation filmique. Acheté dans une bouquinerie, commencé, perdu puis retrouvé,  oublié quelques parts dans ma chambre. Ce livre et moi, c’est « je t’aime moi non plus ». Si à 30 ans, j’ai pas lu Kerouac, j’aurais raté quelque chose. Et puis c’est un road trip… ça vous parle plus déjà?

N°3 Ulysse
de James Joyces

Allez encore un classique! Oui mais avouez que c’est un peu le même combat que pour Kerouac… Là aussi, oh combien admiré et cité en cours. Je ne m’étais par contre jamais penché sur son cas. Joyce a fini par attirer mon attention au coin d’un roman graphique des plus atypique dont je vous reparle sous peu. Cette année, je vous le dis, je me fais Ulysse! Y paraitrait qu’on ne comprend pas tout, mais que c’est une histoire d’Amour, alors…

N°4 Anna Karénine
de Léon Tolstoi.

Tout le monde a déjà entendu parler d’Anna Karénine et de son auteur, Tolstoi. Mais je n’ai jamais mis le nez dans cette histoire. La première fois que l’on m’a conseillé de lire Tolstoi et bien… c’était une russe ! Au fin fond d’un bar parisien, dans une salle souterraine enfumée et où coulait la vodka, nous avions touché deux mots de littérature. Entre deux shot d’une boisson dont je ne peux plus avaler une gorgée, Carolina m’avait lancé dans un anglais bien plus sur que le mien : « Tu dois lire Tolstoi! C’est un très bon auteur russe ! Commence par Anna Karénine » Je ne me rapelais plus de cette discussion jusqu’à ce que mon amie Karine me parle de ses lectures au nouvel an. Mistinguette, je le mets dans ma PAL! Cette année je lirais Tolstoi… l’histoire ne dit pas si nous nous lancerons dans Guerre et Paix ;)

N°5 Maus
de Art Spiegelman

IMG_20121226_001028

Maus est un incontournable du roman graphique. Dans ce pavé très sérieux et autobiographique, l’auteur y raconte l’histoire de sa famille durant l’holocauste. Que l’on aime ou pas, on ne peut pas passé par-dessus si on veut un minimum en savoir sur l’histoire du roman graphique. Il était au pied de mon sapin à Noël, et les premières pages sont très intéressantes. 

N°6 La mort du roi Tsongor
Laurent Gaudé

Je vous en ai déjà parlé dans le précédent Top 10 ( qui était en fait un top 3). Promis Léa, je ne finis pas 2013 sans finir ce bouquin! 

N°7: Les Mythes de Cthulhu


Comme le précédent, je le mets sur le début de la pile. Oui oui les amis ! Je vais lire vos bouquins! Mais maintenant… je sais que vous lisez mon blog ! Ahah ! Et je vous le dis, je pourrais faire la liste des bouquins que vous m’avez offerts/prêtés que j’ai lu ^^

N°8 et 9: 1Q84 et 1984
respectivement de Haruki Murakami et George Orwell

IMG_20121220_124307

On ne peut pas fair plus haut sur la pile puisque c’est une de mes lectures en cours. Et comme je vous l’avais dit, « 1984 » de George Orwell est également dans ma PAL. 

N°10 Gemma Bovery
Posy Simmonds

gemma

J’ai découvert Gemma Bovery sur les étales quatre ans après sa sortie et à cette époque… je lisais beaucoup directement sur ces dit « étales ». Merci au Virgin de Montpellier de ne pas chasser les étudiants aux poches trouées.
Antérieur à Maus, cette lecture moderne de l’oeuvre de Flaubert est également l’un des grands titres du roman graphique. 2013, l’année où je parfais mes connaissances dans le domaine ;)

 

A vous! Quel livre avez vous très envie de lire pour ce début d’année?

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes pages...

Polina, Bastien et moi…

Ou comment j’ai enfin lu Polina et décidé de vous livrer mes impressions « à chaud ».

IMAG0194

Je n’étais pas vraiment attirée par ce que pouvait faire Bastien Vivès. A la sortie de « Polina », j’avoue avoir boudé cette BD… Je n’aime pas beaucoup me jeter sur le premier grand succès venu. N’étant pas à une contradiction près, je fais la précieuse devant les têtes de gondoles mais j’aime à me plaindre que le monde de la bulle manque de moyen de communication. Ne cherchez pas… le domaine me passionne, il y aura donc toujours trop et jamais assez pour me contenter.

Bref, j’en suis venue, quelques temps après tout le monde, à découvrir Polina.

Pourquoi maintenant ? Un de mes projets touchant au monde de la danse, je désirais voir comment Bastien Vivès, encensé par les critiques autant que par les auteurs, traitait le sujet. Jusqu’où avait-il été dans l’utilisation du vocabulaire propre à ce milieu ? Quels avaient été les fruits de ses recherches sur le parcours d’une danseuse ? Y traitait-il de ce corps que l’on malmène ? Et bien d’autres questions encore.

Le fait d’avoir croisé quelques planches de l’auteur lors d’un salon sur le Dessin contemporain, et les avoir fort appréciées, avait peut-être déjà creusé le chemin qui me mènerait à cet achat impulsif faisant suite à une séance de travail ardue autour du thème.

Dimanche de Pâque, week-end de trois jours, je m’installe confortablement dans mon canapé. Une petite couverture et un chat sur les pieds pour parer ce désagréable « En avril ne te découvre pas d’un fil » et me voilà virevoltant entre les pages de Vivès.

J’y trouve un trait que je ne connais pas. Peut être existait-il avant ? – Il a bien des maître en la matière ce jeune homme, des références, des gens qui l’inspirent, non ? Parce que bordel de merde il n’a que 28 ans ! – Mais moi c’est la première fois que je le rencontre. Alors, je l’apprivoise ce trait. J’ai peur de ne pas le comprendre… Ce regard de petite fille dans la voiture, est ce vraiment le regard indéchiffrable de l’enfant de 6 ans ? Celui que l’on croit savoir ne penser à rien mais qui en fait pense à tout ? Et cette enfant, la voit-on vraiment grandir sans réel marqueur de temps que ce corps qui s’allonge et ces traits qui s’harmonisent ? – Au bout d’une cinquantaine de pages, je trouve que cela tient de la magie. Au bout de cent, que son scénario aussi simple que complexe a la beauté des jolies choses anciennes et fragiles. A cent cinquante mon cœur s’arrête, se gonfle et je m’entends prononcer tout haut « Celle-ci, il ne l’avait pas volée ! ». A presque deux cent pages, je m’effondre et trouve sérieusement, profondément, que ces deux pages, et tout spécialement cette case, tiennent du génie. A la deux cent sixième, je referme l’album. Je regarde le plafond… Je me dis que c’est à cet instant là qu’il faudrait que je vous donne mes impressions.

Trente minutes plus tard et quelques morceaux de Yann Tiersen…

Bastien_Viv_s

Il faut lire Bastien Vivès. Pour ce qu’il montre et ce qu’il ne montre pas. Pour la beauté de son trait, pour son scénario qui s’approprie certains clichés et les traitent avec finesse et agilité, pour la constance de ses personnages, pour l’attention portée aux dialogues… Je ne tarirais pas d’éloge sur cette bande dessinée. Elle ne m’a déçue sur aucun point. Elle est de celle que je feuilletterai pour regarder les traits, que j’ouvrirai pour retrouver une phrase, que je relirai avec une émotion certaine.

Polina, Bastien Vivès. Éditeur : Casterman – Date de parution : 2010 – 206 pages .

Crédit illu. n°3: Isabelle Lassalle pour France Culture, Angoulême 2012. 

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes bulles...