Qu’est ce tu lis? (1)

Je vous propose en vrac mes dernières lectures !

lecture

La route, de Cormac McCarthy: Je ne voulais pas regarder le films éponyme avant d’avoir lu le livre. Il traîne donc dans ma PAL*depuis 2009. J’avais profité de la sortie des livre 2.0 pour l’acquérir. 
La route, donc, raconte le parcours d’un Papa et de son petit garçon dans un monde post-apocalyptique. J’ai été très surprise par la forme du récit. Je m’attendais à quelque chose de plus énergique mais de bien moins profond… Quelque part, je pensais tomber sur un de ces nombreux récit à la MadMax. 
Ne vous attendez pas à apprendre comment la Terre a pu se retrouver dans un tel état: Il ne s’agit en aucun cas d’un livre d’action. Il y a quelque chose de différent chez McCarthy. Le style de l’écriture est très épurée, à l’image de cette planète dévastée. Le récit est concentré sur la relation entre le père et l’enfant, totalement mise à nu par l’isolement du à la situation. Nous avançons lentement dans la poussière de ses routes vides, accompagné du malheur, de la tristesse, de la maladie. L’ombre de la mort planant au dessus de nos deux survivants. 
Le fond, la forme; ces dialogues, intégrés sans guillemets, donnant une linéarité semblable à cette route qui n’en finit plus. Tout m’a plu dans ce livre que je vous conseille vivement.

 La couleurs des sentiments, de Kathryn Stockett: Là aussi la surprise fut au rendez-vous. J’ai lu « La Couleur des sentiments » en lecture de repos. Je voulais une lecture simple et légère qui me vide la tête. Je pensais tomber sur un livre un poil girly et… rose dedans. Je n’irais pas jusqu’à dire que « pas du tout » mais il y a tout de même plus dans ce livre.
Nous suivons plusieurs personnages d’âge et de conditions différentes:
 Eugenia Phelan, dit Skitter, de retour dans sa ville natale et  désireuse de faire carrière dans le journalisme. Aibeleen et Minnie, bonnes dans de riches familles. Au travers des pages, nous découvrons leurs vies dans les années 60, sous fond de guerre raciale et de haut-faits politiques de ces années là. 
Il y a ici le témoignage d’une époque qui n’est, finalement, pas très loin de nous. Cela apporte une dimension supplémentaire à ce livre, le rendant un poil plus intéressant que ce que je n’aurais pensé. Si vous voulez vraiment en apprendre plus sur cette époque… trouvez un autre bouquin ^^ Celui ci restera une lecture gentillette et très sympathique, à dévorer entre deux pavés.

Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint millionnaire, de Vikas Swarup: Je ne sais plus si je l’ai lu juste avant, juste après ou pendant Dai Sijie. Mais en tout ca Swarup prouve bien dans ce livre que c’est tout à fait possible de construire son histoire sur plusieurs plan temporels sans s’emmêler les pinceaux!
Rham Mohamad Thomas n’a vraiment pas de chance. Quand enfin elle lui sourit et qu’il gagne un jeu télévisé, il se fait arrêter par la police. Le livre va nous  faire remonter le temps, de la première à la dernière question du jeu, pour savoir comment notre petit indien malchanceux à pu gagner des millions de roupies.
J’ai dévoré cette total oeuvre de fiction de la même façon que j’ai dévoré les autres livres d’auteurs indiens contemporains. J’aime les histoires se passant dans l’Inde moderne avec ses saveurs et ses couleurs différentes de mes lectures habituelles. Apparemment, il n’a rien à voir avec le films. Je vous le conseille donc, même si vous l’avez déjà vu porté à l’écran.  

*PAL: Pile A Lire… j’ai cherché longtemps la signification, maintenant que je le sais je l’utilise ^^

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Entre mes pages...

Les commentaires sont fermés.