Le bleu est une couleur chaude

Lorsque j’ai voulu acquérir ce livre, sous les conseils de Léa, je n’ai pas pu le trouver dans ma librairie habituelle. Entre une chose et une autre (autrement dit entre une BD et une autre), « Le bleu est une couleur chaude » est passés à la trappe. Et puis il y a peu, en visite chez Léa, je lui ai piqué son exemplaire. 

IMG_0056

Un brin d’histoire: Il était tellement difficile pour moi de vous résumer cet album que j’ai fini par préférer vous livrer la quatrième de couverture: La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir et lui permettra d’affronter le regard des autres. 

Mon avis:
Le scénario: Et bien, comme vous avez pu le voir avec ma piètre entrée en matière, j’en perd un peu mes mots. Nous suivons l’adolescence de Clémentine et ses premiers émois. Malgré cela, résumer l’histoire à « l’acceptation des désirs » et la recherche d’une identité sexuelle serait bien réducteur. C’est toute une personnalité, une nouvelle vie, que se découvre cette sage jeune fille. Il y a dans son histoire quelque chose de tellement dur. Peut être le ressenti de ceux qui font face à une discrimination quelle qu’elle soit. Le sentiment d’une grande injustice au sujet d’une chose qui ne devrait pas en contenir puisqu’elle est incontrôlable : l’amour.
J’ai aimé la sensualité qui se dégage de cet album et notamment du personnage d’Emma. On la pense sûre d’elle en oubliant que nous ne cessons jamais d’évoluer et de nous construire. Elle nous rappelle la fragilité des choses et le poids que l’on peut avoir sur d’autres vies. Un scénario définitivement beau et tout en finesse.
Le seul bémol, pour moi, pourrait se trouver dans les dialogues qui manquent parfois un peu de joliesse. Mais peut être qu’ils auraient alors paru sophistiqués et cela aurait ôté une part de naturel et de spontanéité à cette très bonne Bande-Dessinée.  

Le dessin: On ne peut qu’être touché par le dessin de Julie Maroh ! Le trait évolue avec la passion. Il se fait parfois doux et poétique, à d’autre moment rude et colérique. C’est la passion qui semble emplir le moindre coin de lumière ou d’encre. Le traitement de la couleur est juste sublime avec, forcément, la présence du bleu. Le bleu des cheveux d’Emma, du sweat de ce garçon et de ce monde extérieur qui les appelle… Julie Maroh est éblouissante!

 Le point fort de cet album, à mi-chemin entre BD et roman graphique, demeure la passion. Elle est au coeur de l’histoire et de ses traits. La passion dévorante des personnages, parfois destructrice; la passion enfouie dans le coeur de cette bande d’adolescents se cherchant; la passion d’une cause… Toute cette force qui nous transmet définitivement la passion de Julie Maroh pour son art. Encore! 
 

Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh. Éditeur : Glenat – Date de parution : 2010 – 156 pages . 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Entre mes bulles...

Une réponse à “Le bleu est une couleur chaude

  1. Pingback: L’actu (BD) en quelques liens : Anastasie, la palme et le petit bichon. | norethrud aime bien...