« Bébés »

« Bébés »
Un documentaire de Thomas Balmès sur une idée d’Alain Chabat.

babies

L’équipe de tournage a suivit quatre bébés, pendant 18 mois dans quatre pays différents. Trois petites filles: Hatie ( Etat Unis), Mari ( Japon) et Ponhiao ( Namibie). Et le dernier, un petit garçon, Bayarjargal ( Mongolie). Grossesses, accouchements, premiers cris, premiers jeux, premiers mots… Nous suivons tout jusqu’au final: les premiers pas!

Le pitch n’est pas très compliqué. L’idée n’est pas très originale. Mais ce documentaire est extraordinaire!  La caméra s’immisce au sein de ces familles, tribus, cocons… discrète mais d’un réel esthétisme! Les parents sont le moins possible présent pour laisser uniquement l’empreinte des enfants.  Il n’y a d’ailleurs aucunes mises en scène. Le résultat a donc beaucoup de naturel et de candeur.

balmes


Les moments que j’ai préféré? L’arrivée de Ponhiao ( Namibie) avec ce ventre énorme et rouge de Terre. Les touts premiers moments du films, qui apparaissent dans la bande annonce, où elle pile comme sa mère. Le petit Bayar ( Mongolie) planté sur un tonneau qui ne sait plus quoi faire quand il voit des vaches l’entourer. Hattie ( Etats Unis) qui dépèce une banane sans oublier le moindre fil ( Elle m’a rappelé mon petit frère qui ne supportait pas ça non plus). Et Mari et sa crise monumentale face à un jeu d’empilage qui ne se passe pas comme elle le voudrait.

Bref ,vous l’aurez compris, j’ai été conquise par l’oeuvre de Thomas Balmès. Certains verront les différences entre les quatre pays. Moi j’ y ai plutôt vu les similitudes. Comme par exemple, un chat dans chaque maison à qui il arrive son lot de misères. Le lien entre les enfants et les animaux. L’apprentissage de la parole. etc etc… Peut on lire un « message de bien-être » ( je n’irais pas jusqu’à dire de paix) dans un films où les personnages de milieux différents naissent,  grandissent, parlent, chantent et marchent aux même rythme? En tout cas, moi il m’a fait prendre un grand bol d’air! 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Quand je prends la plume...

Les commentaires sont fermés.